Utiliser des caméras espions est-il en droit de l’utilisateur ?

Utiliser des caméras espions est-il en droit de l’utilisateur ?

À part la santé, la sécurité de nos proches et de nos biens est l’une des priorités dans la vie. On se montre agressif quand il s’agit de protéger notre famille. Les activités soupçonneuses existent toujours au sein de notre propre foyer. C’est une des raisons qui nous poussent à utiliser des gadgets high-tech pour faire de la surveillance. Est-ce légal de suivre une personne sans son accord ? Telle est la question qui se pose en effectuant une telle opération. Avec la corruption qui gagne de plus en plus de terrain dans la vie actuelle, on ne peut plus se fier à n’importe qui. On est donc obligé d’employer des moyens que l’on peut contrôler.

Les conditions pour pouvoir utiliser un caméra espion

Même avec tout ce qui se passe dans nos quotidiens, il y a des lois qui régissent l’utilisation de ces appareils d’espionnage. On ne peut pas jouer à la James Bond avec n’importe qui. Pour un caméra de surveillance standard, il y a une loi qui oblige l’utilisateur à informer le public. Dans le cas contraire, l’utilisateur risque d’obtenir une amende. De plus, les caméras doivent être visibles. Il est donc important de bien choisir son emplacement. Ceci est pour le public, quant aux personnels s’il s’agit d’un bâtiment sécurisé, le partage d’information par papier peut suffire. Telle est le code à respecter pour l’usage d’un caméra de surveillance standard, mais qu’en est-il des minicaméras ?

Il y a d’abord la vente de ces gadgets, qui d’après ce qu’on voit est autorisée par la loi. Les magasins qui vendent ces appareils sont déchargés de la responsabilité sur son utilisation. Cet accord doit être en général, dans les conditions de vente. Il ne peut être attribué à l’acheteur si les conditions suivantes ne sont pas respectées officiellement :

  • Le respect de la vie privée d’autrui
  • Ne jamais l’utiliser à l’insu des personnes
  • Le respect de la loi mise en vigueur

Les conséquences du non-respect des lois par rapport à l’utilisation d’un caméra de surveillance

La loi informatique et des libertés protègent toutes personnes contre une surveillance sans consentement. Si l’individu a eu vent d’avoir été suivit ou surveillé sans être averti, peut déposer une plainte. L’utilisateur sera donc jugé de son action avec une peine d’emprisonnement ou d’une amende. Il n’y a donc aucun intérêt à acheter un mini-caméra si l’objectif est de filmer les faits et gestes d’une personne soupçonnée d’acte malveillant. Selon la CNIL ou la Commission nationale de l’informatique et de la liberté, le manquement au respect de cette loi va de la mise en demeure à une sanction de 300 000 euros ainsi qu’à la publication médiatique de ces peines aux frais du sanctionné.

L’utilisation d’un caméra-espion se résume donc à la protection. On peut installer ces gadgets pour une simple surveillance à domicile. Tout ce que l’on voit dans les films n’est pas à pratiquer dans la réalité. D’un autre côté, si vous cherchez toujours à obtenir cette technologie, vous pouvez aller sur le site http://www.cameraespion.com.  

Laisser un commentaire

Fermer le menu